Problématique des eaux de circuits fermés

Que ce soit chez le particulier ou dans les installations collectives et industrielles, le phénomène d'embouage demeure un problème récurrent. Cet embouage des circuits fermés d'eau de chauffage et de refroidissement est dû en grande partie à la corrosion mais aussi à la présence de tartre, de bactéries, d'algues,...

 

LA CORROSION

1/ Le phénomène physique

La corrosion peut se développer par érosion lorsque le passage de l'eau transportant des sédiments, du calcaire, s'effectue à trop grande vitesse. Il est recommandé de ne pas dépasser les 2m/s.

Le phénomème de cavitation peut également entraîner une corrosion due à la vaporisation de l'eau et donc à la création de bulles de vapeur.

 

2/ Le phénomène chimique

Les métaux ont une tendance naturelle à retourner à leur état le plus stable c'est à dire l'état oxydé. Pour revenir à cet état, le métal va céder des électrons (c'est le phénomène d'oxydation). La présence d'oxygène et de champs électrolytiques favorisent cette oxydation.

 

Corrosion par l'oxygène: les circuits d'eau de chauffage ou de refroidissement sont étanches mais laissent passer l'oxygène (les tuyaux en matière plastique sont poreux et laissent passer l'oxygène par exemple. Il en est de même des joints et de tout les raccords).

 

Lors de la mise en route de l'installation de  chauffage, la chaleur entraîne la libération de l'oxygène présente naturellement dans l'eau et le phénomène de corrosion s'amorce (oxydoréduction). La formation d'oxydes ferreux (Fer II) ou d'oxydes ferriques (Fer III) se développe (à cause des radiateurs en acier, des vases d'expansion, des corps de chauffe,...)

Pour les installations de chauffage au sol, la grande majorité de l'installation sera en matériaux de synthèse. De ce fait, la corrosion va se concentrer sur les parties métalliques peu nombreuses. Elle en sera d'autant plus dangereuse pour la pérennité de l'ensemble.

 


 

La corrosion favorise la legionellose. En effet, la corrosion augmente de manière significative l’accrochage de dépôts biologiques et libère aussi des ions Fe++/Fe+++ , avec les métaux ferreux, indispensables à la croissance des légionelles.

 

La corrosion peut se développer sous des dépôts de particules (sable, limon, limaille de fer,...). Ces particules se déposent sur la paroi interne du tuyau et déclenche une corrosion localisée.

La corrosion peut provenir de la mauvaise utilisation de différents métaux (principalement le couple cuivre/acier galvanisé). Si le cuivre est positionné en amont de l'acier galva, il y aura formation d'une "pile galvanique" et corrosion de l'acier galvanisé.

D'autres corrosions peuvent être observées: corrosion par courants vagabonds, par différence de potentiel... mais ce sont des corrosions de type externe.

 

LES ALGUES, LES BACTERIES,...

Les micro-organismes sont présents partout et ils se développent avec l'apparition de conditions spécifiques qui leur deviennent favorables: support nutritif, élévation de température,... La présence dans l'eau des circuits de bactéries, micro-organismes, algues, moisissures et autres champignons va contribuer au phénomène d'embouage.

L'eau des circuits est soumise à d'importantes contraintes (pression, choc thermique,...) qui favorisent les déséquilibres microbiologiques. Les micro-organismes vont proliférer et contribuer à la formation de boues et dépôts. La présence de tartre aggrave la situation. Ces proliférations vont augmenter les risques de colmatage des installations et plus particulièrement des systèmes de chauffage au sol.